Les petites astuces pour être un bon lièvre !

avril 9th, 2018

L’année dernière j’avais un lièvre/pacer (ou tout autre mot qui veut dire que tu vas pousser quelqu’un à se dépasser et remplir son objectif..) pour courir le marathon de Paris. Cette année, à mon tour de l’être pour ma pote Laetitia.

Voici quelques petites astuces pour être un(e) pacer/euse au top !

Connaître ses temps de passage et le moment où il/elle va vouloir être aidé

Quand tu prends cette responsabilité, tu as besoin de savoir quel sera le moment où il/elle en aura le plus besoin. Souvent c’est sur la fin d’une course qu’on a moins la patate. Mais, certaines personnes voudront plus être aidé sur le début, cela dépend vraiment de chaque personne.

Une fois que vous avez décidé quand est-ce que vous vous retrouverez, assure toi de connaitre son temps de passage. Après le jour J, les applications de suivis sont nombreuses donc même si cela change, tu pourras t’adapter.

Contrôler ton allure

Il/Elle aura défini son objectif, il faudra donc maintenir une allure constante. Les animations le long du parcours vont vouloir le/la faire accélérer. Il va falloir la ralentir pour éviter qu’il/elle se crame pour le reste de la course. Mais il faudra aussi savoir lui faire aller un rythme un peu plus élevé si tu vois que son rythme ralentit. Une bonne manière de voir cela c’est de vérifier sur ta montre la vitesse moyenne ou bien de définir des tours de 500m sur ta montre afin de voir si le rythme est respecté !

Avoir une motivation d’acier (surtout si c’est sur la fin)

 

Si tu as le « boulot » de lièvre, tu vas devoir assurer et être au taquet quelle que soit la réflexion de la personne que tu suis. « J’en peux plus, j’ai chaud, j’ai froid, j’ai faim… » Tout a une solution ! À toi de trouver le mot qui réconforte ou le mot qui fait rire pour que la personne pense à autre chose. Essaye de parler aussi, elle pensera à autre chose qu’à ses jambes en bois après une longue course. Tu es moteur, ta positivité sera un point clé pour la réussite de la personne que tu accompagnes.

Prendre de l’eau et un petit remontant au cas où

Prendre des vivres : eau (cela va de soi…) et un petit remontant. Dans mon cas, je prends des bonbons : ils contiennent du sucre, ce qui est bien pour la fin d’une course notamment. Je t’assure que ça remonte le moral de manger un petit dragibus au 37e kilomètre d’un marathon. Après à toi de choisir ce qui fera le plus plaisir à ton pote : une banane, une barre céréales, des chips…

Être à l’écoute de la personne que tu motives

 

Avec ta motivation d’acier pour ne pas la faire flancher ton/ta pote, il faut que tu regardes et écoute ce dont elle a besoin : de l’eau, sur les jambes, sur la tête, un kway, à manger, un mouchoir, bref être un peu à son service (dans le bon sens du terme bien sûr 😛 ). C’est lui/elle la star et la personne qui veut finir/ réaliser un objectif alors ouvre grand tes oreilles et É-COU- TE !

Ne pas la louper !

 

Chose primordiale, ne pas louper ton/ta pote ! Si tu le/la loupes tu t’en voudras, c’est sûr. Mais pour ton/ta pote, ce sera encore pire, il/elle s’attend à te voir et si tu n’es pas là, il/elle va prendre un gros coup de mou. Et le lièvre est là pour remonter le moral et pas pour le descendre ! Alors, réveille toi en avance, soit là 30 minutes, voire une heure avant son heure prévue d’arrivée et OUVRE grand les yeux !

 

Devenir un paparazzi

 

Une fois retrouvé(e), tu as un rôle d’encouragement et aussi de paparazzi, devant derrière, dans le mal ou en souriant. Il/Elle sera content(e) d’avoir des souvenirs de ce moment inoubliable (même s’il/elle est en souffrance..) et tu le/la feras penser à quelque chose d’autre…

Partager sa joie avec la personne

 

Vivre le moment avec ton/ta pote durant la course, être là pour lui/elle et voir le sentiment qu’il/elle va ressentir à l’arrivée de son marathon ! C’est que du bonheur !

Alors oui je te vois venir et me dire que c’est interdit sur certaines courses mais bon quand on joue pour la 3578e place, on s’en fout ! C’est chouette d’aider les potes ! 🙂

Et sinon, as tu déjà fait lièvre ? Tu voudrais le faire ou quelqu’un la fait pour toi ? Il/Elle était bien ou nul(le) ? Raconte-moi tout !

 

You might also like

Leave Your Comment