De végétarienne à végétalienne… il n’y a qu’un pas !

En début d’année je me suis lancé un défi : tester si j’étais capable d’être végane et continuer à courir.
Pour ceux qui ne le savent pas déjà, je suis végétarienne depuis 2 ans et demi, donc ce changement dans mon alimentation en janvier ne s’est pas fait sur un coup de tête.

J’avais tenté lors de mon tour du monde de devenir vegane lorsque j’étais en Australie au moment où je suis restée quelques mois sans voyager. Malgré mes efforts acharnés, il m’était difficile de supprimer le fromage de mon alimentation. Gros cliché ou pas, c’était vrai ! Même un de mes colocs de l’époque s’amusait à me tester pour voir si je souhaitais vraiment arrêter d’en manger à tel point qu’un jour il m’a même dit : si personne ne mange sont formage, je le jette. C’était du camembert ! La française en moi poussa un cri de peur de voir ce si précieux (en prix et en qualité…) aliment partir à la poubelle. Vous l’avez compris je n’étais pas prête.

Je me laissais le temps de revenir en France pour voir si je pouvais le faire. L’année dernière je m’étais lancée dans une autre aventure : courir un Ultra – 177km l’ultra marin. Je repoussais encore mon changement d’alimentation par envie de facilité, pour être franche. J’avais peur que mon entraînement très intense pour cet ultra ne soit pas compatible avec le veganisme. Peur non vraiment fondée car je ne savais pas vraiment comment m’y prendre. Malgré cette envie, je n’étais pas prête.

On dit souvent jamais deux sans trois, pour moi la troisième fut la bonne. J’étais partie en Inde pour quelques semaines avec ma famille et Fred, pour revoir les femmes coureuses que j’avais rencontré. Pas seulement ! Je voulais découvrir ce pays un peu plus, visiter le Sud et le faire découvrir à mes accompagnants.
Revivre dans ce pays m’a refait prendre conscience qu’il était possible d’être vegan, comme cela avait était le cas deux ans auparavant. Alors tout naturellement à l’atterrissage de mon avion sur le sol français, après ces 3 semaines et demi en Inde, ce changement m’est apparu comme une évidence. La troisième fois : je me lançais enfin.

Pour me lancer, je m’étais bien entendu renseigné auparavant, j’avais beaucoup lu comme je le fais régulièrement sur le sujet de l’alimentation. J’y suis allée progressivement, j’en ai parlé autour de moi aussi. Sans le savoir et sans le vouloir ce genre de décision à un impact sur la vie des autres. D’autant plus en France, pays de la gastronomie française !
J’en ai entendu des réflexions : « c’est quoi encore cette lubie » « tu vas manger quoi ? Que des cailloux ? » « Tu fais un régime ? » …. j’en passe, tellement il y en a.
Mais j’ai eu de nombreuses soutiens par rapport à cette démarche que j’entreprenais.

Aujourd’hui, après deux ans de végetarianisme et deux mois d’expérience de véganisme associé à une pratique de la course à pied régulière, je voudrais te parler de quelques points importants qui ont été important pour moi avant de me lancer…

 

Je me suis renseignée sur les alternatives (à la viande, aux poissons, aux œufs et aux produits laitiers)

Si tu te lances à corps perdu dans ce type d’alimentation sans en savoir un minimum, tu vas mal t’alimenter ou ne pas répondre à tes besoins caloriques par rapport à ton mode de vie. Il y a de nombreux sites qui vont vous parler de la lutte qu’il y a derriere mais pas pour autant te parler de “quoi manger”. Mais, il y a un site super bien construit qui parle des choses à faire bien s’alimenter : https://vegan-pratique.fr. Il y a en détail tous les apports de chaque aliment et notamment le détail sur les proteines, le fer et le calcium. Les éléments souvent evoqués quand on parle de véganisme.

J’aime bien les sites mais j’ai une petite passion pour les livres, on écrit, on rature, on plie les pages…
Voici deux petits livres qui m’ont pas mal aidé :
Manger vegane : c’est un petit livre qui explique tout en détail mais de manière simplifiée comme changer son alimentation et les equivalences.
Eat and run : c’est l’histoire de Scott Jurek, un ultra traileur, qui est passé d’une alimentation omnivore à vegan. Une histoire poignante avec en plus des idées de recettes, des conseils d’entrainement. Le top !

 

 

 

 

 

J’ai commencé à cuisiner mes propres repas

En commençant à cuisiner mes repas, de cette manière,  je sais ce que manges, comment faire en sorte d’agrémenter mes plats… Bon pour commencer c’est un peu compliqué de savoir quoi cuisiner : ” des légumes, oui mais avec quoi ? ”
Alors pas de panique, il y a un site dont je suis maxi fan et qui m’a donné trente milles idées, c’est www.veganricha.com
C’est en anglais mais il y a tellement d’idées nouvelles chaque semaine, on ne peut pas se lasser des recettes. En tout cas, c’est mon petit plaisir matinal de regarder ce que ce qu’il a de nouveau. Il y a pas mal de recettes indiennes mais pas que, qaund on fouille on trouve son bonheur.

Un site, ne vient pas sans bouquins du coup voici quelques uns qui m’ont donner l’inspiration :
Végan super facile
Aujourd’hui je cuisine végetarien (pour débuter)
Simplissime : recettes végetariennes et végan

Ces bouquins sont ceux que j’utilise pour avoir de l’inspiration mais quand tu sais quels éléments associer, tu peux trouvé des milliers de combinaisons.

 

 

 

 

 

 

Je me suis mise à déculpabiliser et ne pas être intransigeante envers moi-même


C’est un mot que j’utilise beaucoup et souvent. J’ai pris la décision de devenir végétarienne puis végane, c’est MA vie. Je te dis ça car j’entends souvent des critiques sur le fait mon alimentation :  “Oh tu as mangé du fromage, aujourd’hui ! Mais tu n’es pas vraiment végane ! ” Personne n’est parfait et surtout quand tu changes ton alimentation, on ne peut pas faire du sans faute. Et surtout quand au resto je dîne/déjeune/mange avec un/des ami.e.s qui ne sont pas véganes/végétarien.ne.s ! Si tu regardes de plus près même si cela évolue, les restaurants véganes ne sont pas les plus représentés en France.
J’utilise un site pas mal pour des adresses de restos pour emmenr mes amis ailleurs qu’au bistrot du coin qui te servira un poulet frites :p : https://vegoresto.fr

 

Je vais faire des analyses

Pour être sur que ce changement d’alimentation, c’est d’avoir un suivi afin d’être sur d’être sur le bon chemin. Ce n’est pas obligatoire mais c’est bien d’avoir des conseils de professionnels. Dans mon cas, je n’ai pas fait le choix de me faire suivre.  Mais apres deux mois, c’est bien de faire quelques analyses pour voir si tout est ok. Ça prend que quelques minutes ! C’est ce que je vais faire dans les semaines à venir. Par la suite je ferais des changements ou pas dans mon alimentation et deciderai de me faire suivre ou pas.

 

J’écoute mon corps

Pour moi, ce point est primordial dans le changement de mon alimentation, je teste, je valide ou pas certains aliments. Mais avant tout je suis à l’écoute de ce que mon corps me dit. Cela semble simple mais si tu ne t’écoute pas, tu ne sauras pas ce qui te fais du bien ou pas. Le mieux pour cela c’est de marquer ses impressions sur un carnet/une note… A la fin de chaque semaine, je fais le bilan de ton ressenti et je vois comment il évolue au fil du temps. Pour moi, c’est comme cela que j’ai reussi à faire en sorte de continuer à faire du sport et à maintenir mon alimentation.

 

Et vous quelles sont vos habitudes d’alimentation ? Souhaiteriez vous les changer ?

 

Evidemment ce que je dis et ce que j’ecris n’engage que moi, je ne détiens pas la vérite et je ne veux donner aucune leçon sur quoi que ce soit. Je souhaite juste partager mon experience et mon ressenti, qui peut aider ou motiver certaines personnes… ou pas 😉

You might also like

Leave Your Comment